LE FAISEUR D'ÉPOUVANTES

 Le Faiseur d'Épouvantes (1978)

Titre : Le Faiseur d'Épouvantes

Genre : Horreur

Titre Original : The Manitou

Année : 1978  

Réalisateur : William Girdler

Acteurs : Michael Ansara, Jon Cedar, Tony Curtis, Paul Mantee, Burgess Meredith, Jeanette Nolan, Ann Sothern, Stella Stevens, Susan Strasberg, Lurene Tuttle...

Durée : 1h44

 

Synopsis :

Harry Erskin et toutes les sommités médicales sont intrigués par la mystérieuse protubérance qui grandit sur la nuque de Karen Tandy, d'une façon vertigineuse. La suite des évènements incite à croire à la réincarnation d'un méchant sorcier indien, Miscuamacus. Pour porter secours à sa petite amie, Erskin n'a plus que la solution de faire appel à un homme-médecin Peau-Rouge qui va mener une désespérante lutte contre l'esprit maléfique, dans la modernité d'un hôpital...

Fin des années 70, en 1978 pour être précis, William Girdler a réalisé son dernier film, en l’occurrence Le Faiseur d’Épouvantes, avant de s’en aller sous d’autres cieux.

En effet, il est décédé quelques mois après avoir mis son film en boite, à l’âge de 30 ans ! C’est dommage qu’il soit parti si tôt car sur les 9 films qu’il a réalisé, la quasi totalité sont des films d’horreur plus qu’honorables. Grizzly, Le Monstre de la Forêt et celui-ci dont je vais vous parler aujourd’hui : Le Faiseur d'Épouvantes ou The Manitou, de son titre original, sont les plus connus.

Le Faiseur d'Épouvantes (1978)

Le faiseur d’Épouvantes c’est d’abord un roman de l’écossais Graham Masterton qui fit un succès à lors de sa parution à l’époque. William Girdler a donc décidé de le retranscrire sur grand écran avec un casting plutôt pas mal, en réunissant le grand Tony Curtis, Susan Starsberg et Michael Ansara qui était une figure bien connue sur les écrans de télévision de l’époque, puisqu’il jouait le rôle de l’indien de service dans toutes les séries qui étaient à la mode…

Ça fait drôle de voir que la quasi-totalité des acteurs ainsi que le réalisateur sont de nos jours décédés… Le film n’est pourtant pas si ancien… Cruels destins...

Le Faiseur d'Épouvantes (1978)

Pour le synopsis, on y retrouve Harry Erskine (interprété par Tony Curtis), un charlatan qui escroque des vieilles dames en leur faisant croire qu’il lit la bonne aventure dans les cartes.

Pour le contexte, il va retrouver son amour de jeunesse, la belle Karen qui a de gros ennuis de santé. En effet, cette dernière à une sorte de tumeur qui lui pousse au  niveau de la nuque…

Il va s’avérer que finalement ce n’est pas une tumeur mais un fœtus ! Pas n’importe lequel puisque c’est un sorcier indien du nom de Miscuamacus qui tente de se réincarner pour la 5ème fois.

Au bout de 8 réincarnations, il deviendra alors un démon à part entière. Son but : se venger du mal que les hommes blancs ont fait à son peuple… Harry va donc tout tenter pour aider la femme qu’il aime et va faire appel à un médecin indien pour essayer de stopper Miscuamacus.

Le Faiseur d'Épouvantes (1978)

Malgré son histoire qui nous plonge en pleine série B, Le Faiseur d’épouvantes se révèle être plaisant à suivre. Ne connaissant pas du tout le roman, je me demandais bien dans quoi je m’embarquais.

Le fœtus dans la nuque me faisait penser aux délires de David Cronenberg et malgré quelques lenteurs dans la mise en scène, le jeu d’acteurs fait en sorte qu’on ne s’ennuie pas.

 

Les effets spéciaux sont d’époque néanmoins le réalisateur a réussi à nous concocter une bonne ambiance mystique, grâce aux légendes indienne. J’ai beaucoup aimé la scène où le fameux sorcier sort enfin de sa « chrysalide ». La séquence est étonnamment sombre, on y ressent vraiment un côté anxiogène qui fait son petit effet.  Idem pour la scène spectaculaire du spiritisme qui est excellente.

Le Faiseur d'Épouvantes (1978)

A noter quelques séquences assez sanglantes malgré des effet spéciaux et maquillages assez datés. Le look du sorcier est assez cradingue même si nous voyons bien qu’il s’agit d’un acteur nain maquillé.

 

La dernière partie du film est véritablement décapante, le sorcier nous en faisant voir de toutes les couleurs et n’hésitant pas à faire appel à d’autres démons indiens pour l’aider dans sa réincarnation diabolique.

Le Faiseur d'Épouvantes (1978)

Ça faisait très longtemps que je voulais voir ce film et je n’avais jamais pu louer la cassette vidéo à l’époque car elle n’était jamais disponible. Par conséquent, je suis bien content de l’avoir enfin vu.

Par ailleurs, la fin du film me laisse songeur. Hooper et Spielberg ne se seraient-ils pas légèrement inspirés du Faiseur d’Épouvantes pour l’histoire de Poltergeist ? Personnellement je trouve qu’il y a pas mal de similitudes. Même si ici, le bouquet final avec tous ses effets de synthèses fait plutôt kitsch de nos jours Mais attention, c’est du bon kitsch, oui nous sommes ici devant une bonne série B, bien sympathique.

Vu la scène de clôture, j’aurais bien aimé une suite des aventures du sorcier Miscuamacus, arrivant à ses fins en se réincarnant 8 fois et en passant donc au stade de démon. Tant pis.

Le Faiseur d'Épouvantes (1978)

En conclusion, Le Faiseur d’Épouvantes est un sympathique film sur les légendes amérindiennes avec son lot de scènes tantôt kitchs, tantôt sérieuses.

L’intrigue se suit malgré quelques longueurs et à partir du moment où le fameux sorcier sort de la nuque de notre pauvre Karen, le film dépote jusqu’au générique de fin.

Un film qui se regarde au second degré mais qui est véritablement distrayant. A la croisée entre un film déjanté à la Cronenberg, un Exorciste de Friedkin et un Poltergeist du duo Hooper - Spielberg.

A découvrir si vous ne l’avez jamais vu et si vous aimez les films des décennies 70-80.

 

Note d'Anto

La Bande Annonce :

Images du film:


Politique de confidentialité | Politique des cookies
© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2020 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs ou ayants droits respectifs.