CRAWL

Crawl d'Alexandre Aja (2019)

Titre : Crawl

Genre : Horreur / Animal Tueur

Titre Original : Crawl

Année : 2019 

Réalisateur : Alexandre Aja

Acteurs : Kaya Scodelario, Barry Pepper, Ross Anderson, Anson Boon, George Somner, Ami Metcalf, Jose Palma, Morfydd Clark...

Durée : 1h28

 

 

Synopsis :

Quand un violent ouragan s’abat sur sa ville natale de Floride, Hayley ignore les ordres d’évacuation pour partir à la recherche de son père porté disparu. Elle le retrouve grièvement blessé dans le sous-sol de la maison familiale et réalise qu’ils sont tous les deux menacés par une inondation progressant à une vitesse inquiétante. Alors que s’enclenche une course contre la montre pour fuir l’ouragan en marche, Haley et son père comprennent que l’inondation est loin d’être la plus terrifiante des menaces qui les attend…

Cela faisait un petit bout de temps que l’un des maitres de l’horreur à la française, en l’occurrence Alexandre Aja, n’avait pas repris les commandes de la réalisation. En effet, depuis Horns en 2013, le réalisateur du cultissime Haute Tension s’était plutôt fait discret. C’était d’ailleurs étonnant vu les cartons réalisés avec les remakes de La Coline à Des Yeux et Piranhas.

 

En 2019, il revient donc à l’affiche au cinéma avec son nouveau film intitulé Crawl. En grand amateur de cinéma de genre, il va remettre une nouvelle fois au goût du jour le film d’horreur mettant en scène un animal tueur d’hommes. Du moins des animaux tueurs puisque ici les grandes stars du film sont des alligators voraces.

Crawl (2019)

Alors certes, les crocodiles et alligators ont déjà leurs quotas de films de genre mais bon, ici c’est Alexandre Aja qui est aux commandes donc forcément ça donne un peu plus envies de regarder ce Crawl plutôt qu’une énième réalisation fauchée made in SYFY ou Asylum…

 

Le synopsis est classique, un violent ouragan débarque en Floride. Dans ce contexte une jeune femme n’arrive pas à avoir des nouvelles de son père et décide malgré le temps de se rendre dans la maison familiale voir s’y tout va bien.

Arrivée sur place, elle va retrouver son père blessé dans le sous sol de la maison… Elle va vite constater qu’il a été attaqué par un alligator qui s’est faufilé dans le conduit d’évacuation pour élire domicile dans le sous-sol de la baraque…

Manque de bol ce n’est pas un mais plusieurs spécimens qui s’y trouvent… Le cauchemar va alors commencer puisque avec l’ouragan, le sous-sol va commencer à être inonder…  Et dans cette eau y grouille un paquet d’alligators puisqu’une réserve naturelle de ce type d’animaux y est implanter et l’ouragan leurs a permis de s’y échapper...

Crawl (2019)

Efficace, c'est ce que j’ai retenu de ce survival lorsque le générique de fin est arrivé. Il est clair qu’avec ce film, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer tant l’action est au rendez-vous et ne laisse de répit. Les alligators vont d’entrée s’illustrer et vont être au taquet du début à la fin.

 

De plus, Alexandre AJA  nous cloitre avec ces personnages dans ce sous sol infernal où nous voyons l’eau s’immerger au fur et à mesure des minutes qui tournent et c’est vraiment oppressant tant nous ne voyons pas comment nos deux pauvres protagonistes vont réussir à s’en sortir.

 

De surcroit, les alligators sont franchement plus vrais que natures et d’une voracité assez impressionnante.  Quelques jumpscares bien placés nous font bondir de plaisir et la tension va monter crescendo. Par conséquent, l’adrénaline est au rendez-vous et c’est vraiment plaisant de tomber sur un bon film de bestioles tueuses.

Crawl (2019)

De plus, comme dans la plupart de ses films, Crawl ne déroge pas à l’une des règles essentielles d'Alexandre AJA : des scènes gores. Il y en a quelques unes néanmoins comparé à Piranha, il est clair que Crawl est nettement moins sanglant. En même temps, ce métrage mets en situation que quelques personnages et l’action se situe principalement sur l’actrice principale.

 

Le principe du huit clos fonctionne à merveille car nous ressentons vraiment la sensation d’enfermement et la tension est clairement un gros point fort de ce film nerveux et musclé. On en stresse même pour le pauvre chien. Sérieusement, les nerfs sont vraiment mis à l’épreuve tant on se laisse prendre au jeu du chat et de la souris entre les alligators et les humains.

Crawl (2019)

Le petit bémol reste le final du film. Alors certes c’est très grand spectacle et les effets spéciaux font vraiment dans le sensationnel. Nous en prenons plein les yeux, c’est le chaos total et l’inondation atteint son paroxysme.

Cependant ce n’est pas vraiment crédible tant le dénouement serait juste improbable dans la vie réelle. Toutefois, il s’agit d’un film d’horreur grand public qui a pour but principal de nous divertir et nous faire frémir et sur ces points : c’est totalement réussis tant Crawl est une sacrée bonne série B !

Par ailleurs, les acteurs sont attachants et nous avons qu’une seule envie c’est qu’ils arrivent finalement à s’échapper de cet enfer aquatique.

Crawl (2019)

En conclusion, Crawl est une série B nerveuse et décapante à souhait ! Nous sommes ici dans un huit-clos musclé où la pression nous envahit radicalement en même temps que l’eau qui monte à grande vitesse dans ce sous-sol qui grouille d'alligators voraces.

Dynamique, hautement divertissant et  laissant que peu de répit aux spectateurs, je ne peux que vous conseiller ce très bon survival animalier.

Un retour gagnant pour l’un de nos meilleurs réalisateurs français en matière de film d’horreur.  

 

 

Note d'Anto

La Bande Annonce :

 

Images du film:


Politique de confidentialité | Politique des cookies
© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2020 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leursauteurs ou ayants droits respectifs.