EVIL TWINS

Evil Twins de William Dear - 2006 / Slasher - Horreur

Titre : Evil Twins

Genre : Slasher

Titre original : Simon Says

Année : 2006

Réalisateur : William Dear

Acteurs : Crispin Glover, Margo Harshman, Greg Cipes, Carrie Finklea, Kelly Vitz

 

Synopsis :

Depuis que, à l’adolescence, Stanley a massacré toute sa famille, il vit seul dans sa station-service le long d’une route isolée, à vendre des boites de conserve périmées et de l’alcool frelaté aux campeurs paumés. Enfin, pas tout à fait seul, puisque son frère jumeau, Simon, a gardé une place de choix dans le cerveau dérangé de Stanley. Et, même si on n’arrive pas toujours à lui faire décoller la pulpe du fond de la bouteille, Simon représente la meilleure part de Stanley. Parce que Stanley, lui, n’hésite jamais à ressortir la hache pour se faire un remake du massacre originel. Surtout quand sa libido fait tilt devant une des campeuses qui déboule dans son magasin et qu’il faut faire le ménage parmi ses copains idiots et arrogants.

Hylophobie : Peur de la forêt, d’être dans une forêt. Peut être aussi une peur d’un simple groupe d’arbre.

Evil Twins de William Dear - 2006 / Slasher - Horreur

Cliché  (nom masculin) : tire son origine des techniques de reproduction apparues au début du XIXe siècle dans l’imprimerie, pour copier exactement un document ou une page imprimée. Le mot est ainsi devenu une figure de style, qui consiste en l'emploi d'une expression « stéréotypée » et banale à force d'utilisation dans la langue. Le cliché possède aussi, malgré lui, la faculté de situer l'action, car il nous est familier, facilement reconnaissable. par exemple, une musique lancinante et un personnage de tueur masqué permettent au spectateur de rattacher un film au cinéma d’horreur. [Source : Wikipédia].

 

 

Telle est la définition d’un cliché dans un cas général Vous vous doutez déjà du pourquoi de cette définition en début de critique. Vous allez bientôt comprendre que le film Evil twins, sorti en 2006, est une suite sans fin de clichés en tous genre, rendant le film détestable, absurde, prévisible et au final, stupide. Pour cela, je vais faire la liste des principaux clichés du film !

Evil Twins de William Dear - 2006 / Slasher - Horreur

Un groupe de jeunes (1) paumés (2) à l’attitude niaiseuse (3) et qui ne pensent qu’au sexe, à l’alcool et à l’herbe (4), partent seuls dans une forêt pour faire du camping sauvage (5). Ils arrivent à une station-service (6), où d’étranges locaux (7) les accueillent en leur parlant d’une histoire sordide (8) au sujet de deux jumeaux, dont l’un, qui aurait tué toute sa famille (9). Les jeunes voient alors deux autres jumeaux (10), et ils ne se doutent pas un seul instant que ce sont les jumeaux de l’histoire (11), aussi inquiétant soient-ils (12). Les jeunes ignorent les mises en garde (13) et partent dans la forêt.  Entre beuveries et quelques scènes sexuelles (14), un des jeunes disparaît (15) et se fait tuer par un des deux jumeaux. S’engage alors une course-poursuite dans la forêt (16) où les jeunes tentent d‘échapper aux griffes des deux frères. La scène finale, sous forme d’un dîner en famille (17) avec les cadavres des parents des jumeaux (18), se passe mal et la dernière survivante (18), veut échapper au plus méchant des deux jumeaux (19). (SPOIL) Et l’on découvre à la fin qu’il n’y avait depuis le début qu’un seul jumeau, qui était schizophrène, se faisant donc passer pour les deux jumeaux, alors que l’autre est dans le coma depuis longtemps (20).

 

 

Avec seulement un résumé du film, j’ai retranscrit vingt clichés, vingt stéréotypes du cinéma d’horreur, devenus très lassant, usés, et vraiment ridicules.

Evil Twins de William Dear - 2006 / Slasher - Horreur

Malgré cela, le film aurait pu jouer là-dessus pour casser un peu les codes du cinéma d’horreur et nous proposer une version revisité des jumeaux démoniaques et d’une folle course poursuite dans les bois. Eh bien non, le film assume son côté ridicule et va plus loin dans la bêtise, et ce, malgré une légère bonne idée de départ. Le coup du jumeau schizophrène aurait pu être développé bien plus et on aurait pu se concentrer sur la folie et la psychologie du personnage. Au final, Crispin Glover nous propose une interprétation si mauvaise de ce jumeau fou que ça en devient énervant à la longue. 

Evil Twins de William Dear - 2006 / Slasher - Horreur

Le personnage principal est plus chiant que le groupe de jeunes, pour vous dire à quel point le film est vraiment plus bas que terre. Il n’y aucun suspense, aucun frisson, aucun effroi, aucun moment dynamique qui pourrait nous faire stresser, c’est vide. Mais bien entendu, les acteurs qui interprètent les jeunes sont tous aussi exaspérant, ce qui ne relève pas le niveau !

 

Côté sang et gore, c’est convenable, le sang gicle comme il faut, sans trop d’exagération. Cependant, les quelques effets spéciaux, notamment quand de très nombreuses pioches s’envolent, sont assez laids, ce qui rend le film à la limite du cartoonesque et donc, encore moins crédible. Compensez le tout avec des acteurs mauvais et un méchant plus que ridicule, vous obtenez une sorte de Bip-Bib et Vil coyote version film d’horreur de série Z, mais en beaucoup moins amusant.

Evil Twins de William Dear - 2006 / Slasher - Horreur

Je n’ai plus grand chose à dire sur ce film, mis à part qu’il est extrêmement mauvais, stéréotypé au possible, avec un casting mauvais, une absence totale de suspense et de véritable horreur. On passe une heure et 20 minutes à aller d’un cliché à l’autre, jusqu’à ce que le dénouement final en devienne lui aussi prévisible. Comme bien d’autres films avant lui, la surabondance de clichés rend le film désagréable à voir et nous donne l’impression à nous, simples spectateurs, d’être des idiots.... Rien à dire d’autre à part : ne le regardez pas !

 

Note de Charlie

La Bande Annonce :


Politique de confidentialité | Politique des cookies
© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2019 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leursauteurs ou ayants droits respectifs.