ESTHER

Esther de Jaume Collet-Serra - 2009

Titre : Esther

Genre : Horreur

Titre original : Orphan

Date de sortie : 2009

Réalisateur : Jaume Collet-Serra

Acteurs : Peter Sarsgaard, Vera Farmiga, Jimmy Bennett, Isabelle Fuhrman, Lorry Ayers, Matthew Raudsepp, Aryana Engineer, Andrew Shaver

 

Synopsis :

Après avoir perdu leur nourrisson, un couple adopte une fille de 9 ans... qui n'est pas aussi innocente que ce qu'elle veut faire croire.

Critique du film d'horreur Esther de Jaume Collet-Serra par Romain - Horror-Scaryweb.com

Dans les plus anciens archétypes de la peur, on retrouve plein d'éléments et d'objets qui nous ont effrayé depuis toujours. Clowns, pantins, monstres, fantômes... Quasiment tous exploités par le cinéma, ils nous ont marqué plus d'une fois. Cette fois-ci, on retrouve un film mettant en scène une fois de plus le thème de la petite fille angélique, et apparemment innocente : Esther, réalisé par Jaume Collet-Serra, et paru en salles en 2009.


Effectivement, depuis toujours l'image de la petite fille suscite la peur chez chacun, mettant souvent en scène un être si doux, si pur, dans une situation d'angoisse, et de violence. Cette fois-ci, nous retrouvons ce thème dans une histoire se passant de nos jours, racontant l'histoire d'une famille décidant d'adopter un enfant après que la mère, Kate, ait perdu son bébé peut avant la naissance.

Esther de Jaume Collet-Serra - 2009

Le film débute sur une scène plutôt paniquante, qui ouvre bien les portes pour une atmosphère propice à la peur. Par la suite, on découvre agréablement qu'Esther n'est pas le genre de film à prendre son temps pour démarrer, l'intrigue s'installe bien et rapidement et l'histoire devient elle aussi très vite accrocheuse, et donne très bien envie de se plonger dans le film.

C'est au bout de quelques minutes que l'on nous présente le personnage principal du film : une gentille petite fillette aux airs candides, nommée Esther, jouée par Isabelle Fuhrman, et se trouvant être une orpheline arrivant de Russie. L'allure naïve et le profil séduisant de l'enfant vont toucher de plein fouet le cœur de ses parents adoptifs, et débutera alors une trame allant dans l'angoisse de façon Crescendo.

Le spectateur reste en haleine pour toute la suite du film, avec des événements on ne peut plus étranges qui vont se produire, et ce de plus en plus inquiétants... La petite Esther va révéler une personnalité bien étrange, et même effrayante, ce qui va encore plus la conforter dans une image de petite fille diabolique, qui serait le portrait parfait pour la fille de Satan. L'actrice offre une interprétation époustouflante à nos yeux, et paraît même comme inhumaine face à tous les autres personnages qui se trouvent être si affectueux, et, eux aussi, incarnés avec un immense talent de la part de tous les acteurs. On retrouvera aussi Vera Farmiga dans le rôle de la mère, que l'on connaît aussi de nos jours pour son aussi bonne prestation dans The Conjuring.

Esther de Jaume Collet-Serra - 2009

Le film reste toujours aussi bien ficelé et aussi bien travaillé : avec une esthétique soignée sans pour autant être dans un cadre horrifique vu et revu. Les plans sont d'une qualité remarquable, et malgré un cadre tout enneigé le film réussi à mettre une bonne dose de chaleur, qui nous attachera encore plus aux personnages et ce qui développera pour nous de vrais sentiments d'affection pour eux, mais aussi de compassion...

On observera également un bon travail sur les jump-scares, bien amenés et pas inutiles, se mélangeant à une ambiance mystérieuse et des scènes de plus en plus violentes qui ne vont pas toucher dans le gore, mais plutôt dans le troublant : une petite fille tuant au marteau, mettant le feu à un arbre ou encore en assassinant un oiseau à coup de pierre, et tout ça avec une personnalité constamment calme, charmante et étrangement mature.

Esther de Jaume Collet-Serra - 2009

Le film prépare alors un final que l'on attend avec grande impatience, livrant préalablement des événements tragiques qui nous implique fortement dans l'histoire. S'en suivra une scène magnifiquement bien traitée, de par le bouleversement et l'interrogation qu'elle nous lance : Esther maquillée et habillée comme une femme, et tentant des choses quelques peu douteuses auprès de son père. Tout se dégage de cette scène : une luminosité aussi belle qu'inquiétante et une ambiance de suspense bien angoissante. Voilà aussi pourquoi il s'agit plus d'un film où règne l'inquiétude plutôt qu'un réel sentiment d'épouvante où même le spectateur a peur pour lui-même.


Le film s'achèvera sur une fin inattendue, maniée de façon spectaculaire et prenante, et nous offrant un côté très touchant avec la partie symbolique de la dernière scène, une symbolique très lourde. 

Esther de Jaume Collet-Serra - 2009

Ainsi, Esther se présente aux premiers abords comme un film classique de notre époque contemporaine, jouant entre l'histoire d'une petite fille et des forces diaboliques impossibles à combattre. Mais pas du tout. C'est un film surprenant avec la tournure qu'il prend, mais aussi avec l'originalité qu'il nous dessert, se démarquant de tous les autres scripts de films d'horreur vus mille fois depuis plusieurs années. Voilà pourquoi on peut parler de cette création comme un des meilleurs thrillers horrifiques du genre, apportant sa touche de nouveauté sur un fond chaleureux et inquiétant. Les scènes sont quasiment toutes captivantes de par l'intrigue et l'ambiance, et le côté émotionnel qui se dégage n'en est que mieux exploité, et ce pour tous les personnages.


Un excellent film comme il est très rare d'en voir depuis pas mal d'années, un grand moment de cinéma à ne surtout pas rater, bref, un chef d'oeuvre de l'épouvante qui reste gravé après l'avoir vu et qui prendra sans nul doute sa place parmi les incontournables du genre.


Note de Romain

La Bande Annonce :

Images du film :


© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2017 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs ou ayants droits respectifs.