CARRIE - AU BAL DU DIABLE

Carrie - Au Bal Du Diable de Brian De Palma - 1976

Titre : Carrie - Au Bal Du Diable

Genre : Fantastique

Titre Original : Carrie

Année : 1976

Réalisateur : Brian De Palma

Acteurs : Amy Irving, William Katt, Piper Laurie, Sissy Spacek, John Travolta, Nancy Allen, Betty Buckley, P.J. Soles, Deirdre Berthrong...

Durée : 1h38

 

Synopsis :

Carrie peut déplacer des objets à distance. Le jour de ses premières règles, elle subit les moqueries de ses camarades de classe. Pour s'excuser, l'une d'elles demande à son fiancé d'inviter Carrie au bal de fin d'année. La soirée commence bien mais une mauvaise plaisanterie déclenche la colère de Carrie qui provoque une terrible vengeance.

 

Je viens de remarquer que nous avions effectué la chronique du film Carrie – La Vengeance mais que nous avions omis de faire celle du film de Brian De Palma !

 

It’s a shame comme le rapperait Monie Love ! Ou Shame On U comme le scanderait Ophélie Winter !

Bon j’arrête mes divagations et retournons donc dans le vif du sujet, nous allons revenir sur le film culte Carrie Au Bal Du Diable.

 

Malgré que le film ne reprenne pas dans l’intégralité les détails du livre de Stephen King, il s’avère tout de même brillant et c’est devenu l’une des pièces maitresses du cinéma fantastique.

Carrie - Au Bal Du Diable (1976)

Petit rappel du Synopsis :

Carrie est une jeune femme très introvertie, qui est la bête noire de son lycée. Sa mère, Margareth,  est une catholique convaincue, limite extrémiste qui a éduqué sa fille seule. En effet, Carrie est le fruit d’un viol conjugal avec Ralph White, après une soirée de beuverie. Ce dernier est décédé sur son lieu de travail peu après avoir fécondé Margareth. 

Un jour alors qu’elle prend sa douche après un cours de sport, Carrie se rend compte que du sang s’écoule d’entre ses jambes, elle ne sait pas ce sont c’est ses premières menstruations car sa mère ne lui en a jamais parlé.

Paniquée, elle court demander de l’aide à ses camarades. Elle devient alors la risée de celles-ci. Des tampons et serviettes hygiéniques vont lui être lancés à la figure par les filles de sa classe.

Après cet évènement, toute la classe sera collée par la prof de sport.  Cela va beaucoup irriter la Chris Hargensen qui sera privée de bal de fin d’année… Pleine d’amertume, Nancy va orchestrée sa vengeance avec son petit ami Billy Nolan… Dans le même temps, Sue, autre camarade de classe de Carrie va comprendre son erreur et va demander à son petit copain Tommy Ross, d’accompagner Carie au bal de fin d’année afin qu’elle puisse vivre  la fin de sa scolarité comme les autres adolescentes.

Carrie - Au Bal Du Diable (1976)

Comme je le disais un peu plus haut, le film est un peu différent du livre donc il ne faut surtout pas les comparer. Honnêtement le film de De Palma est l’une des meilleures adaptations sur grand écran d’un roman du King !

 

La force du film provient bien entendu de la magistral interprétation des différents acteurs. De l’actrice principale aux différents seconds rôles, tous jouent à la perfection.

Le film est vraiment plaisant à suivre et l’ambiance qui y règne est exquise. Au départ très enfantine et chaleureuse, l’ambiance va doucement mais surement sombrer dans la haine et la rage pour finir en véritable feu d’artifice.

 

J’aime beaucoup la réalisation et les différentes prises de vues que nous propose De Palma. La scène du poème notamment est filmée de manière ingénieuse. On suit la passion qui entre dans le cœur vierge et naïf de Carrie avec légèreté et tendresse.

Carrie - Au Bal Du Diable (1976)

On s’attache très rapidement au personnage de Carrie tant Sissy Spacek incarne à la perfection son rôle fragile et pur. On se rend compte en même temps comment l’être humain peut-être cruel. Les différentes scènes où Carrie est le bouc émissaire de ses camarades sont assez bouleversantes. On a trop envie de baffer la tronche des différentes ados.

 

La relation entre Carrie et sa mère Margareth est elle aussi assez intense. Une mère qui aime véritablement sa fille mais qui est également très sombre et qui par moment fait froid dans le dos. Son personnage montre aussi jusqu’où les gens sont prêts à aller par fanatisme religieux.

Carrie - Au Bal Du Diable (1976)

Le film est vraiment scindé en trois parties : L’Avant Bal, le Bal et l’après Bal.

 

L’avant bal nous narre le quotidien de bouc émissaire de Carrie au lycée et sa vie très pieuse qu'elle passe auprès de sa mère. J’aime beaucoup les inquiétudes de Margareth White et sa réaction lorsqu’elle apprend que sa fille a eu ses premières règles. 

Dans le même temps, on ressent toute la solitude de la jeune femme, ses craintes et ses interrogations. En parallèle, celle-ci va découvrir qu’elle détient le don de la télékinésie et va chercher à en apprendre d’avantage sur son contrôle.

Carrie - Au Bal Du Diable (1976)

La partie au Bal est très représentative des maux d’ados : le manque de confiance en soit, les envies et la peur sur le plan sexuel, la reconnaissance auprès des camarades…. Le bal est finalement une ode de l’univers de l’adolescence.

On s’y retrouve toutes et tous et ça nous rappelle forcément des souvenirs nostalgiques.  Il est clair que nos préoccupations quand nous étions adolescents nous font sourire quand on y repense étant adultes. Mais c’est toutes ces émotions qui forgent nos caractères et nous rendent bien plus forts et hermétiques une fois mature.

 

La scène où Tommy invite Carrie à danser est mémorable. Les effets de caméra où ils ont l’air de tourner aussi vite qu’une boule à facette est envoutante comme jamais !

Carrie - Au Bal Du Diable (1976)

Puis sonne la dernière partie lorsque Chris Hargensen tire sur la corde du saut à l’annonce des heureux élus du bal ! Une partie qui devient donc horrifique et qui est devenu totalement culte.

Scène intense avec des plans de visions intégrés qui permettent de voir plusieurs scènes sur le même écran. Comme si nous étions spectateur de ce qu’il se passait par l’intermédiaire des yeux de Carrie et de certaines de ses victimes.  Un vrai feu d’artifices pour nos yeux de spectateurs. Nous sommes ébahis par toute cette colère, cette rage retranscrite à l’écran.

Carrie - Au Bal Du Diable (1976)

Le film se clôture sur l’affrontement entre Carrie et sa mère. Un final encore plus intense que la scène de massacre du bal. Une Carrie toute de sang vêtue, au regard complètement perdue qui cherchait juste à retrouver les bras de sa mère pour s’y blottir et être réconfortée.

 

Aussi, le plan final reste plein de questionnement sur le rôle de Sue dans cette tragédie. Était-t-elle réellement gentille ou finalement n’était-ce pas elle l’instigatrice principale de ce qu’il s’est passé ? lorsqu’elle a demandé à Tommy Rosse d’inviter Carrie au bal de fin d’année. 

Il y a tellement de théories possibles et imaginables si nous mettons de côté les "réponses" apportées par l’opus 2.

Carrie - Au Bal Du Diable (1976)

En conclusion, Sissy Spacek est Carrie White et Carrie White est Sissy Spacek !

Son interprétation est tellement grandiose que lorsqu’on évoque le personnage de Carrie, on en retient automatiquement le visage de Sissy Spacek !

Carrie Au Bal du Diable est une très bonne adaptation avec une réalisation géniale et des plans de caméras astucieux.

Une ode aux doutes et maux de l’adolescence. Un film ultra culte qui ne prend pas une ride malgré le temps qui file. Grandiose !

 

Note d'Anto

La Bande Annonce :

Images du film :


Politique de confidentialité | Politique des cookies
© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2019 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs ou ayants droits respectifs.