THE MONSTER PROJECT

The Monster Project de Victor Mathieu - 2017 / Horreur

Titre : The Monster Project

Genre : Horreur

Titre Original : The Monster Project

Année : 2017 

Réalisateur : Victor Mathieu

Acteurs : Toby Hemingway, Justin Bruening, Murielle Zuker, Jamal Quezaire, Yvonne Zima, Steven Flores, Shiori Ideta, Jim Storm...

Durée : 1h35

 

 

Synopsis :

Quatre jeunes réalisateurs sont engagés pour tourner un documentaire sur des personnes atteintes de troubles psychologiques tels que le syndrome de Renfield et la lycanthropie clinique...

Sorti l’an dernier, l’idée de ce Project Monster m’a emballé. Je savais que ce serait un Found Footage mais dernièrement, ce type de film se fait bien plus rare qu’au début de la décennie 2010. En conséquence, ça n’a pas été un frein dans mon envie de voir ce long-métrage réalisé par Victor Mathieu dont c’est la première réalisation.

 

 

Le concept à la lecture du synopsis est vraiment sympathique et donne clairement envie : des jeunes réalisateurs décident de tourner un documentaire sur des monstres. Ils lancent un appel pour casting sur internet, sachant concrètement que les personnes qui répondront à l’appel ne seront pas réellement des créatures... mais en tout cas ça fera du buzz.

Pour le tournage, ils décident de louer une vieille baraque qui semble à l’abandon et qui aurait été, dans des temps plus ancien, un lieu où des rites sataniques auraient été effectués.

Trois « monstres » ont répondu à l’annonce : un vampire, un loup-garou et une jeune femme qui serait possédée. Le début des interviews se passe sans encombre… Sauf qu’une fois la nuit tombée, les ennuis vont alors s’accumuler…

 

The Monster Project (2017)

Idée sur le papier sympa sauf que le retranscrire à l’écran c’est autre chose… La mise en scène est fastidieuse et le film met un temps fou à démarrer. Cependant, une fois la première interview enclenchée, le film prend une nouvelle tournure et devient intéressant.

 

 

Parmi les trois créatures, le personnage le plus intéressant est de loin la jeune fille possédée. Malheureusement, les interviews sont trop brèves et nous n’avons pas énormément de description sur le passé et présent des monstres. L’histoire sur le Loup-garou qui est interviewé en premier est un peu développé mais alors pour le vampire et la fille possédée, c’est hyper décevant.

 

The Monster Project (2017)

Dommage, je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais le sujet paraissait tellement prometteur qu’on est vraiment déçu du rendu que nous avons à l’écran.

 

 

Surtout qu’une fois la nuit tombée, les monstres vont alors attaquer les réalisateurs et là on va retomber en plein dans le found footage de base. Avec des plans classiques sur les monstres et quelques scènes tentant de nous surprendre mais dans l’ensemble ce n’est pas emballant.

 

 

Encore une fois, les passages où la fille possédée va être mis à l’écran sont à nouveau les plus intéressants. Par ailleurs, elle va nous coller deux-trois sueurs froides. Surtout que les effets spéciaux sont pas mal du tout quoiqu’un peu copié sur Grave Encounters.  

Par ailleurs, la scène où le démon va s’en prendre au junkie est vraiment la meilleure du film. L’ambiance à ce moment est hystérique à souhait et nous nous sentons immergé dans le cauchemar vivant que subi le pauvre jeune homme.

 

The Monster Project (2017)

Néanmoins les attaques du Loup-Garou et pire ceux du Vampire sont vraiment sans quasi aucun intérêt mis à part de meubler les minutes qui défilent.

 

 

Le pire c’est que le film est très peu sanglant malgré les attaques répétées des trois créatures. De surcroit, malgré l’immersion que le réalisateur arrive à installer grâce au concept caméra embarquée et malgré les lieux choisis qui permettent de sentir la sensation d’enfermement et de claustrophobie, le film manque cruellement de passages angoissants !

La faute : le réalisateur veut trop en faire ! Ils ne laissent aucun répit à ces personnages du coup il est impossible de sentir l’adrénaline monter puisqu’à chaque instant, il enchaine des attaques différentes.

 

The Monster Project (2017)

Le pire reste le twist final du film qui est totalement grotesque ! Certes, nous ne le voyons pas venir cependant c’est vraiment nul ! le réalisateur part vraiment trop trop loin dans son délire et je n’ai vraiment pas aimé sa fin !

 

D’une interview sur des monstres, on se retrouve à un piège pour faire renaitre l’Antéchrist… C’est BAD ! non vraiment j’ai pas adhéré du tout.

 

 

En outre, le plan final juste avant le générique est d’un kitsch absolu, avec la grosse tête de l’autre débile qui déboule… Vous le constaterez par vous-même.

 

 

Aussi les quatre jeunes réalisateurs dans le film sont assez creux et on a du mal à les prendre en empathie. Conséquence directe, on s’en cogne royalement de leur sort… C’est tout de même un peu con, notamment quand tu tournes ton film avec pour total 9 acteurs max…

 

The Monster Project (2017)

En conclusion, The Monster Project disposait d’un concept plutôt orignal et surtout très attrayant sur le papier….

Toutefois le rendu ce n’est pas ça… Les effets spéciaux sont propres et de qualités cependant le réalisateur s’est perdu à vouloir trop en faire.

Résultat : le film enchaine des séquences avec les différents monstres mais sans que nous ayons une quelconque once de peur. Aussi je trouve dommage que les séquences avec la fille possédée n’ait pas été plus mise en évidence tant le potentiel était là.

Le film aurait pu vraiment foutre les jetons et au final on est devant un ersatz de Rec, avec son lot de plans séquences avec des effets de lumières vertes.

De surcroit le twist final est aberrant de bêtises. The Monster Project était un projet ambitieux mais qui finalement c’est plutôt vautré… Un film très vite vu, très vite oublié.

 

 

Note d'Anto

La Bande Annonce :

 

Images du film:


Politique de confidentialité | Politique des cookies
© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2018 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs ou ayants droits respectifs.