"Permet de faire des recherches précises sur le site en toute simplicité en tapant des mots-clés!"


LE MOKELE MBEMBE

Le Mokele Mbembe est une créature qui vit au Congo dans la forêt tropicale humide et semble de mœurs plus ou moins aquatiques. Cette créature qui ressemble à un dinosaure, a été signalé à plusieurs reprises dans les affluents du fleuve Congo depuis le début du vingtième siècle.  L'animal est décrit ayant une petite tête, un long cou comme celui d'une girafe, le corps de la taille d'un éléphant, quatre pattes et une queue. Il mesure de 8 à 10 mètres.

 

Son nom lui a été attribué par les Pygmées de la région des marais du Likouala et signifie "celui qui peut arrêter le flot de la rivière".

 

Le Mokele Mbembe - Mythes & Légendes Urbaines

Les Témoignages.

1766.

 

L'abbé Lievan Bonaventure Proyarte relate dans son ouvrage Histoire de Loango, Kakonga et autres royaumes d'Afrique l'étrange découverte d'un groupe de missionnaires au Congo.

« Il doit être monstrueux. Les empreintes de ses griffes que l'on a vues par terre ont laissé des traces d'une circonférence d'environ trois pieds. En observant chacune des empreintes et leur disposition, ils ont conclu qu'il n'avait pas couru dans cette partie du chemin, malgré la distance de sept ou huit pieds qui séparait chacune des empreintes »

 

Le Mokele Mbembe - Mythes & Légendes Urbaines

1913.

Le capitaine Freiherr von Stein zu Lausnitz participe à une expédition dans le Cameroun allemand de l'époque (aujourd'hui nord du Congo-Brazzaville). Il entend parler d'une étrange créature appelée Mokélé-mbembé par les indigènes : « L'animal aurait la peau lisse et de couleur gris-brun. Sa taille serait à peu près celle de l’éléphant, celle au moins de l’hippopotame en tout cas (...) Les pirogues qui s'approchent de la bête seraient attaquées sur-le-champ et renversées, et les occupants en seraient tués, mais non dévorés. La créature doit se retirer de préférence au sein des cavernes creusées sous la surface de l'eau, dans les berges argileuses (...) La plante favorite de la bête serait une sorte de liane riveraine à grandes fleurs blanches, qui sécrète un latex capable de fournir du caoutchouc et donne des fruits ressemblant à des pommes (...) »

 

Le Mokele Mbembe - Mythes & Légendes Urbaines

1970.

 

L'explorateur James Powell procéda à une étude des récits concernant le mokele au Gabon. Chose surprenante, lorsqu'il montra aux indigènes des illustrations d'animaux divers, c'est celle d'un dinosaure tel le brontosaure qu'ils considérèrent comme étant le plus proche du mokele mbembe. James Powell s'associa alors au biochimiste Roy Mackal, de l'Université de Chicago, pour aller explorer les marécages de Likouala. Ils découvrirent que les indigènes y évoquaient eux aussi un animal similaire, qu'ils appelaient aussi le mokele mbembe.

 

Le Mokele Mbembe - Mythes & Légendes Urbaines

1979.

James Powell, encore lui,  et le biologiste Roy Mackal del’Université de Chicago  se rendent au Congo pour rechercher la créature inconnue dans la région de Likouala. Sur la rivière Oubangui, ils rencontrent le révérend Eugène Thomas, un missionnaire ayant entendu parler du Mokélé-mbembé : « Les témoins décrivent l'animal avec une tête de serpent, une longue queue fine, de courtes pattes munies de trois griffes (...) ». Mackal est retourné au Congo en 1981 accompagné d'une plus grosse équipe. Il rapporte avoir vu un énorme sillage comme si un énorme animal venait de plonger, alerté par le bruit de la pirogue à moteur, près du lac Télé.

 

 

La même année, l'ingénieur Herman Regusters a mené sa propre expédition en compagnie de son épouse pour atteindre le lac. Regusters a photographié une créature émergeant de l'eau à environ 30 pieds de leur radeau pneumatique.

 

Le Mokele Mbembe - Mythes & Légendes Urbaines

Bernard Heuvelmans, père fondateur de la Cryptozoologie, pensait en 1978 que le Mokélé-mbembé pouvait être l'un des « derniers dragons d'Afrique ». Depuis, de nombreux témoignages ont circulé à propos de la créature, provenant d'indigènes mais également d'explorateurs, de pasteurs et de scientifiques. Le français Michel Ballot entreprend régulièrement des expéditions dans le bassin du Congo pour percer à jour le mystère.

 

On peut cependant constater une diminution importante des témoignages depuis la fin des années 1980. L'animal se serait raréfié selon les autochtones, conséquence des activités humaines qui bouleversent l’écosystème de la forêt pluviale du Congo (braconnage et déforestation).

Le Mokele Mbembe - Mythes & Légendes Urbaines

Jusqu'à ce jour, aucune expédition n'a pu prouver l’existence du Mokélé-mbembé. Mais certaines traces de pas d'un animal inconnu ont été observées. Il existe aussi quelques photos ainsi que des images aériennes prise en 1988 par une expédition japonaise survolant le lac Télé. La vidéo a été dévoilée en 1992 dans un documentaire de la BBC, Spirits of The Forest.

 

Le Mokele Mbembe - Mythes & Légendes Urbaines

Quelques cryptozoologues pensent que le Mokélé-mbembé pourrait être une espèce de dinosaure sauropode descendant directement des titans du Crétacé supérieur. D'autres pencheraient plutôt pour l'hypothèse d'un mammifère de grande taille au mode de vie amphibie comme les Hippopotamidae.

 

 

Pour les zoologues et ethnologues, le Mokélé-mbembé est un élément de la mythologie pygmée, dont la légende est transmise oralement depuis des générations. Il pourrait aussi s'agir d'une incompréhension par les zoologues du vocabulaire pygmée, puisque certains d'entre eux auraient désignés un rhinocéros par le même nom. Pour d'autres, les apparitions de Mokélé-mbembé seraient tout simplement la vision d'un groupe de crocodiles mâles suivant une femelle dans un lac pendant la saison des amours.

 

 

On retrouve le même problème zoologique que pour le Monstre du Loch Ness ou tout autre « monstre » célèbre : Pour qu'une espèce de cette taille survive à travers les âges par reproduction sexuée, il lui faudrait un grand nombre de représentants, de l'ordre d'un millier. Or aucun témoignage ne mentionne l’apparition de deux Mokélé-mbembé en même temps, et encore moins d’individus juvéniles (de même qu'aucun site de nidification n'ait été découvert).

 

Voici un entretien de Marie Voignier sur l'hypothèse de Mokele Mbembe :

Interview de Michel Baillot sur son livre à La Recherche du Mokele Mbembe :

REAGIR A L’ARTICLE :

 


© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2017 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs ou ayants droits respectifs.