LE BASILIC ET LA COCKATRICE

PREMIÈRE PARTIE : LE BASILIC.

Le Basilic - Mythes & Légendes Urbaines

Etre fabuleux des bestiaires médiévaux, le basilic est présenté comme le roi des serpents, couronné et adoré de ses sujets. Originaire de Lybie, c'est Pline qui nous donne la première description de cette créature. Elle était très redoutée au Moyen-âge mais a souvent été confondue avec la cockatrice.

 

 

 

Le nom de basilic vient du grec basilicos qui signifie "petit roi". Mais dans l'Antiquité, les écrivains désignaient du même nom un petit serpent dont la morsure entraînait une mort immédiate. Dans des textes en vieux français on trouve le terme de basilicoq.

 

 

Selon les descriptions, le basilic est un serpent d'environ un mètre de long avec une tache blanche sur la tête. Au lieu de ramper, il se déplace en se tenant debout sur le milieu du corps. La légende dit qu'il viendrait au monde dans l'œuf d'un coq âgé de 7 à 14 ans le pondant à l'heure où Sirius se trouve à son apogée dans le ciel. Cet œuf, parfaitement rond, déposé dans du fumier et couvé par un crapaud ou une grenouille lui donnerait naissance. De cette légende découle son apparence puisqu'il est souvent représenté comme un coq à queue de dragon ou un serpent aux ailes de coq.

Le Basilic - Mythes & Légendes Urbaines

Son contact, son souffle et même son regard sont mortels ; il désertifie les endroits où il passe. Son poison est si violent qu'il passe à travers les armes qui le frappent et en tue les porteurs.

 

 

Le basilic est un reptile connu pour avoir la faculté de tuer d'un simple regard ou à l'aide de son haleine celui qui l'approche sans l'avoir vu ou ne pas l'avoir regardé le premier.

 

 

Selon L'imaginaire et les croyances en Occident de Michel Meslin, il ne mesure à la naissance que 0,5 pied. Son haleine et son regard sont mortels sauf si l'homme l'aperçoit le premier. La belette serait le seul animal capable de le tuer. La légende ajoute qu'il est très difficile de s'emparer du basilic. Le seul moyen pour y parvenir serait de lui présenter un miroir de telle sorte que son regard s'y reflète et se retourne ainsi contre lui.

 

 

Le regard qui tue n'est pas une invention du Moyen-âge. Dans la mythologie grecque existaient trois monstres appelés Gorgonnes : Méduse, Euryale et Sthéno qui habitaient la Lybie. Bien que Méduse fût la seule mortelle, son nom est aujourd'hui plus connu que celui de ses deux sœurs. Son regard maléfique se perpétua même au-delà de sa mort, sur le bouclier d'Athéna/Minerve.

 

On retrouve ce thème du regard mortel dans la légende du basilic. Sa queue est semblable à la chevelure de Méduse, hérissée de serpents. Par contre, le pouvoir du regard après la mort ne se retrouve pas chez le basilic. Le basilic ne serait-il qu'un avatar de la Gorgonne ? On peut imaginer que les peuples aient eu le besoin de créer un monstre qui ressemblât à leur environnement quotidien -

le coq et le serpent. On peut tout aussi bien penser qu'il s'agit d'un mythe encore plus ancien ayant eu des avatars séparés.

DEUXIÈME PARTIE : LA COCKATRICE.

La Cockatrice - Mythes & Légendes Urbaines

La Cockatrice est l'une des plus dangereuses créatures de tout le bestiaire fantastique. De manière générale, c'est un coq géant mais qui possède quelques particularités. Sa tête et ses pattes sont celles du coq, mais son corps et sa queue sont ceux du serpent, ses ailes sont également celle d'un volatile mais terminées par des griffes.

 

 

Elle serait née d'un œuf de coq couvé par un crapaud et est réputée pour donner la mort d'un simple regard et même transformer les gens en pierre. Elle craint le chant du coq, les belettes et son propre reflet dans un miroir. Elle a souvent été confondue avec le basilic.

 

 

La Cockatrice est si semblable au Basilic dans la légende qu'il est difficile de faire la distinction entre les deux. Leur naissance est similaire, la créature serait issue d'un œuf de coq couvé par un serpent ou un crapaud. Le poussin serait alors soit un Basilic soit une Cockatrice. La Cockatrice hériterait beaucoup plus du coq que du serpent - à l'inverse du Basilic.

La Cockatrice - Mythes & Légendes Urbaines

La Cockatrice n'a pas la même puissance destructrice que le Basilic mais elle partage avec lui le fait de changer ceux qui les regardent en pierre.

 

 

La science moderne explique la conception de la Cockatrice en se référant au changement qui peut se produire dans l'équilibre endocrinal de la poule domestique et peut introduire la transsexualité, permettant à une créature affligée d'une crête et d'éperons de pondre des œufs. L'homme médiéval a attribué ceci au travail du diable, et la Cockatrice est née ainsi.

REAGIR A L’ARTICLE :

 


Politique de confidentialité | Politique des cookies
© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2019 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leursauteurs ou ayants droits respectifs.