FAR CRY 3 : BLOOD DRAGON [TEST JEU-VIDÉO]

Test Far Cry 3 - Blood Dragon sur PS3

Testé sur PS3.

 

Que se passe-t-il quand un gros éditeur laisse les clés du studio à une bande de développeurs ayant sérieusement besoin de décompresser après la production d'un très gros jeu ? Un bon gros pétage de câble et un amoncellement de stupidité ! Ainsi, pourquoi ne pas faire en guise de suite à un jeu se déroulant sur une île prise par des pirates faisant du trafic humain quelque chose où un cyber-commando frappe des cyber-requins dans le pif sur une île infestée de cyber-tyrannosaures dévoreurs de cyber-cœurs avec un bon gros synthé se jouant en fond ? Ça, c'est le résumé de ce FAR CRY 3 : BLOOD DRAGON, un jeu ne se prenant absolument pas au sérieux et offrant une bonne grosse dose de fun à l’état pur malgré ses petits défauts.


L'histoire du jeu se déroule dans un futur qui est proches, 2007. Rex Power Colt, un soldat ramené d'entre les morts grâce à la science part avec son ami Spider déjouer les plans du Colonel Sloan. Ce dernier veut en effet faire régresser l'humanité (et enfin terminer la guerre avec les Néo-communistes) en tirant des missiles contenant du sang de dragon, un fluide capable d'améliorer les êtres cybernétiques et rendant fous les personnes ayant décidé de rester organiques. Et au moment où Rex est sur le point de saboter les missiles, Sloan arrive, tue Spider et épargne le sergent juste parce qu'il a envie de s'amuser. Aidé par une mystérieuse scientifique répondant au nom d'Elizabeth Darling, Rex part en mission pour venger la mort de son ami et mettre fin aux plans maléfiques de Sloan.

Le scénario est totalement stupide et cliché, mais dans la veine d'un film des années 80. Car Blood Dragon se veut être un hommage à cette glorieuse décennie où l'on croyait encore que l'humanité allait évoluer tellement rapidement qu'en 20 ans on serait dans des voitures volantes et où la cybernétique serait ultra développée. L'ambiance y est délicieusement kitsch avec un esthétique néon et des cut-scenes tout droit tirées d'un jeu sorti sur micro-ordinateur.

Test Far Cry 3 - Blood Dragon sur PS3

Cela nous permet d'ailleurs déjà d'aborder la question des cinématiques, puisque ces séquences sont extrêmement longues, avec un faux temps de chargement prenant place entre chaque ligne. Ainsi, nous avons largement le temps de lire les textes 3 à 4 fois avant de voir la ligne de dialogue suivante… Même si ça fait partie de la blague, cela reste quand même très irritant et ceux n'ayant pas eu la chance de vivre cette période de l'histoire du jeu vidéo ressentiront de la compassion envers les joueurs des années 80/90 qui ont visiblement été très patients.

Remplie de dialogues et de punchlines absurde (bla, bla bla bla, tuer, bla bla.), de missions bourrées d'explosions et de références à la pop culture de l'époque, la campagne est très drôle et est un pur bonheur pour les fans des années 80.


Au niveau de la structure du jeu, ceux ayant joué à Far Cry 3 seront en terrain connu puisque nous sommes propulsés sur une île et totalement libres de nos mouvements. Nous pouvons l'explorer à notre guise et essayer de trouver les différents objets à collectionner (des cassettes VHS avec leurs descriptions évoquant des films des années 80 aux dossiers du Dr Carlyle qui racontent une petite histoire assez originale que l'on ne vous spoilera pas).


En dehors des missions principales, vous aurez aussi la possibilité de vous livrer à quelques activités annexe. Vous pourrez par exemple tuer tous les animaux qui bougent sur l'île afin de mettre la main sur certaines améliorations. Ou bien vous déciderez de libérer des camps de l'Omega Force, tout simplement en tuant tout ce qui bouge à l'intérieur, ce qui vous permettra d’accéder à des missions annexes consistant à libérer des otages en tuant tout ce qui bouge à l'exception du scientifique. Vous pourrez aussi opter pour les assassinats où il s’agit cette fois de tout ce qui bouge, mais avec une arme en particulier. Oui, c'est super varié, mais chaque mission offre un postulat de départ assez drôle qui fait que l'on a envie de voir les autres.

Le seul véritable bémol est que seules deux missions d'assassinat font réellement rire par leur absurdité (et des références qui y sont attachées), les autres étant vraiment limitées et dénuées de créativité. Si toutes les missions annexes avaient eu le même grain de folie au niveau de la mise en scène, ça aurait pu être grandiose. Cela dit, on ne s'ennuie pas, puisque le gameplay est véritablement fun.

Test Far Cry 3 - Blood Dragon sur PS3

Quand on est un cyber-soldat ninja comme Rex Power Colt, on se doit d'avoir un armement qui tabasse. Nous avons donc la possibilité d'utiliser quelques jolis petits flingues, tous des classiques du FPS : fusil à pompe, pistolet, fusil sniper, machine-gun et le lance-flammes. Ajoutez à cela un arc, un kodachi et un shuriken et vous avez un super-soldat super-mortel. Toutes ces armes peuvent être améliorées en échange d'une petite somme d'argent (récupéré sur le cadavre des ennemis et des animaux bien entendu) et l'accomplissement d'une quête secondaire.

Ainsi, si vous vous décidez de faire le jeu à 100% avant de faire les quêtes principales, vous deviendrez une machine à tuer et plus grand-chose ne vous arrêtera, puisque lorsque vous tuez des ennemis, vous gagnez des points d'expérience, des niveaux et automatiquement de nouvelles compétences.

Il faut quand même parler des armes blanches, car elles sont toutes assez particulières. Le shuriken ne s'utilise que de concert avec le kodachi, car il faut obligatoirement poignarder un ennemi dans le dos avant de pouvoir l'utiliser. Si un deuxième ennemi est à proximité, une pression de la gâchette vous fera lancer un shuriken, le tuant sur le coup. L'arc est très puissant et tue instantanément les ennemis les plus faibles. Cependant pour pouvoir les tuer facilement, il faut savoir viser, ce qui peut être un petit peu plus compliqué qu'on pourrait le croire : même après avoir fini le jeu, nous n’avons jamais réussi à trouver exactement où allaient les flèches une fois tirées... Cela prouve aussi que si vous êtes une quiche en FPS, il n’a pas de quoi être effrayé : le jeu est assez permissif avec une visée assistée (désactivable) et la possibilité de se soigner sans trop craindre de se faire descendre (à noter que les animations de soin sont plutôt drôles et dans le ton de Hot Shots).


En difficulté Normal le jeu est assez simple pour une autre raison et c'est là que ça devient un peu triste : au bout de la 3ème mission, vous débloquerez le TERROR-4000 qui n’est rien d’autre qu’une arme qui vous rend invincible.

Test Far Cry 3 - Blood Dragon sur PS3

Au niveau de la présentation, Blood Dragon se veut comme reprenant une bonne partie des codes des films de science-fiction et d'action des années 80, en les mettant à la sauce d'un FPS moderne. Et le résultat final est... étrange. Esthétiquement, la palette de couleurs est assez originale, virant dans un mélange de bleu sombre et de rouge vif. Les ennemis ont des contours très marqués et sont presque tous lumineux, ce qui est très appréciable, car il faut avouer que le jeu est assez peu lisible dans l'ensemble : les textures sont sombres et font que l'on a vite tendance à ne rien voir une fois que l'on est dans des zones montagnardes... Vous aurez vite fait de régler la luminosité de votre écran au maximum. Ce manque de visibilité nuit pas mal au jeu au départ, car on se perd très facilement, au point que l'on préférera regarder la mini-carte toutes les 3 secondes et suivre les repères que l'on aura placé soi-même. Mais après 2 heures de jeu, on commence à s'y habituer.


Il faut aussi noter que le clipping est assez présent, mais seulement à condition de vouloir regarder l'horizon, car de près, les environnements sont bien modélisés et il n'y a rien à signaler. Ce n'est que lorsque vous déciderez de vous téléporter à un camp que vous verrez peut être un élément du décor apparaître devant vous, mais ça reste tellement rare et anodin que ça n'en est pas gênant.

Test Far Cry 3 - Blood Dragon sur PS3

Les temps de chargement sont assez longs, mais les « astuces » affichées à l'écran pendant que vous attendez sont tellement drôles à lire que ça devient un plaisir d'attendre en ne sachant pas sur quelle astuce inutile on peut potentiellement tomber.


Et là on attaque le point qui fait vraiment plaisir : la bande-son ! Composée par le groupe Power Glove, nous avons ici une bande son riche en musiques synthétiques directement inspirées des musiques des années 80. Comme avec le reste du jeu, le tout se fait dans la démesure et donc nous avons le droit à tellement de synthé que même Jean Michel Jarre en serait jaloux. Le thème principal est ultra-punchy et il y a même une chanson ringarde qui accompagne l'obligatoire montage sportif. Dans le reste du jeu, c'est de la pure musique d'ambiance. Ce n'est pas intrusif et malheureusement pas vraiment mémorable, mais dans l'ensemble c'est agréable à écouter. Les doublages sont volontairement mauvais pour notre plus grand plaisir nanardesque. Enfin, la durée de vie est un point qui risque d'en chatouiller quelques-uns. En ligne droite, on peut estimer la durée de vie du jeu à 2h30, si ce n'est 2 heures pour les très bons joueurs et le double si vous voulez le 100%. Mais ce sont que des heures de pur plaisir !

« Un jeu méga fun avec des répliques cultes et une OST magnifique ! Dommage qu’il soit un brin facile et trop court ! Ubisoft, On en redemande ! »


Note de Noobinateur

REAGIR A L’ARTICLE :


Politique de confidentialité | Politique des cookies
© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2019 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs ou ayants droits respectifs.