THE GRUDGE

Titre : The Grudge

Genre : Epouvante

Titre original : The Grudge

Année : 2004

Réalisateur : Takashi Shimizu

Acteurs : Sarah Michelle Gellar, Jason Behr, Clea DuVall, William Mapother, KaDee Strickland, Bill Pullman, Rosa Blasi, Grace Zabriskie, Courtney Webb, Takako Fuji...

Synopsis :

Dans ce qui paraît être une paisible maison de Tokyo se cache l'un des fléaux les plus épouvantables qui soient. Quiconque franchit le seuil de la demeure est aussitôt frappé par une malédiction qui ne tardera pas à le tuer dans un sentiment d'indicible rage.
Alors que le nombre de victimes augmente, une jeune Américaine, Karen, se trouve brutalement confrontée à l'horreur de cette réalité. Pour elle, il n'est désormais plus temps d'ignorer ou de fuir, il faut comprendre pour avoir une chance de survivre...

Critique de Charlie :

 

 

Les yōkai, (qui signifie « esprit, fantôme, apparition étrange ») sont un type de créatures surnaturelles dans le folklore japonais. Ceux-ci peuvent apparaître sous toute forme. Des créatures bien repoussantes, style ogre, dragon, gobelin, des personnages plutôt attirant (ils attirent leurs victimes dans des pièges), ou encore par des apparitions fantomatiques glauques.

 

Le monde culturel japonais regorge de ce type de démon, et les films d’horreur ont donc des sources inépuisables dans ce genre de domaine que sont les fantômes.

Au départ, The Grudge était un film japonais assez récent, dont l’histoire introduisait ce type de fantôme. Suite à la découverte d’une liaison secrète de sa femme, un père de famille perd les pédales et massacre toute sa famille (sa femme, son fils et le chat), puis se suicide. Tout cela se passe dans une maison moderne et simple, typiquement japonaise. Une légende asiatique dit que si une personne meurt sous le coup d’une rage immense, son esprit reviendrait hanter les lieux à jamais.

 

Ce film fit vraiment fureur au Japon, et ne tardât pas trop à faire son entrée dans le monde occidental. C’est pourquoi, les américains ont décidés de faire un remake à leur sauce, en introduisant une actrice bien connue pour ses talents de chasseuse de démons et de vampires, Sarah Michelle Gellar.

Le film suit donc assez bien l’original, en reprenant l’histoire, les personnages (y compris les deux fantômes), et la même intrigue. Le cadre présenté est peu attrayant, mais a du charme. Cette maison aux portes coulissantes et avec un mobilier au design bien japonais ne fait pas frémir en début de film, mais s’avère être la maison du diable niponne.

 

Les acteurs sont plutôt bien, sans aller à dire jusqu’à excellent, mais ont du charisme et de la volonté pour crier et courir. J’avoue avoir était un peu embrouillé quand il y eu une coupure avec l’histoire, et que l’on remonte subitement dans le temps. C’est bien dommage car cette partie où l’on rencontre les précédents locataires est importante, mais très mal placée dans le contexte.

Du côté des fantômes, car c’est quand même le point culminant de l’histoire, les deux acteurs sont vraiment bien. A commencer par la jeune femme. Malgré son teint pâle, ses valises noires sous les yeux, et sa démarche peu conventionnelle (elle ne marche pas, elle rampe), son personnage est très bien. Même si son style est classique, c’est tout de même très efficace pour nous faire une belle trouille. L’enfant, qui a le même maquillage, est bon acteur aussi. (Je peux aussi ajouter que le chat nous donne tout de même la chaire de poule.)

 

La scène de l’ascenseur est de loin une des séquences les plus effrayantes du film. Comme quoi, sans musique, sans effets spéciaux, juste plusieurs doublures, et une femme qui ne regarde pas où il faut, on peut faire des merveilles !

Du côté de l’héroïne de ce film, notre chère Buffy a sans doute du talent à revendre, mais pas en ce qui concerne l’épouvante. Son interprétation, face au film original, laisse un peu à désirer. Il aurait mieux valu mettre une actrice pleine de ressources en ce qui concerne les cris, le sentiment de frustration, et la peur.

En conclusion, The Grudge est un bon film d’épouvante, sans trop de sang, ni de carnage. Juste une bonne dose de maquillage, un cadre exotique, des vieilles légendes folkloriques et quelques bons acteurs suffisent à faire un bon film qui nous donne quelques poils hérissés.

Pour une fois, l’industrie cinématographique américaine a su renouer quelques relations amicales avec le Japon. Cette nouvelle interprétation d’un chef-d’œuvre du cinéma nippon est pas mal du tout. Il aurait seulement fallu ne pas aller au-delà et en rester sur ce film. C’est pourquoi, il est déconseillé de voir les opus suivants.

Note de Charlie


Politique de confidentialité | Politique des cookies
© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2019 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leursauteurs ou ayants droits respectifs.