HURLEMENTS

Titre : Hurlements

Genre : Horreur

Titre original : The Howling

Année : 1981

Réalisateur : Joe Dante

Acteurs : Dee Wallace, Dennis Dugan, Patrick Mac Nee, Christopher Stone...

 

Synopsis :

Los Angeles... Karen White est une journaliste TV qui se retrouve traquée par un tueur en série nommé Eddie Quist. En coopération avec la police, elle prend part à un piège pour capturer Eddie en acceptant de le rencontrer dans un cinéma porno. Alors que Quist force la journaliste à regarder une vidéo de viol, il est tué par les forces de l'ordre. Karen est traumatisée et souffre d'amnésie. Son thérapeute, le docteur George Waggner, décide de l'envoyer avec son mari Bill à "La Colonie", son centre de repos isolé à la campagne...

Comme dis précédemment dans ma critique du Loup-Garou De Londres de John Landis, en 1981 était sorti quasi simultanément deux films mettant en scène le thème de la lycanthropie et le plus étonnant c’est qu’au jour d’aujourd’hui, les deux films en questions sont devenus les références en matière de film mettant en scène le mythique monstre qu’est le loup-garou. Donc après Le Loup-Garou De Londres, j’attaque donc la critique du film Hurlements de Joe Dante.

 

Après le culte Piranhas (repris depuis par Alexandre Aja) et trois ans avant d’inventer ses fameux Gremlins, Joe Dante sortait donc en 1981 Hurlements.

Hurlements, c’est l’histoire d’une jeune journaliste, Karen White qui enquête sur des meurtres à Los Angeles. Le meurtrier présumé lui donne rdv dans une salle obscure d’un cinéma érotique et tente de l’attaquer, par chance juste avant de passer à l’acte, il se fait descendre par les forces de l’ordre… En dépression après son agression, Karen est envoyée par son psy sur une île où vie une petite communauté aux abords pacifique, en compagnie de son mari…afin de décompresser… Bientôt des hurlements vont troubler son sommeil une fois la nuit venue…

Comme je vous l’ai précisé dans la critique du film de John Landis, la grande différence qu’il y a avec les deux films c’est que dans Le Loup-Garou de Londres, John Landis va prendre un ton plutôt cartoonesque,   alors que Joe Dante va nous sortir un film très sombre.

 

Il va nous apporter ici, sa vision à lui du mythe du Loup-Garou ! Et j’avoue avoir une préférence pour ce film !

J’adore la façon dont Joe Dante aborde le mythe !

 

Ici bien entendu, la communauté n’est autre qu’une horde de loup-garou vivant à l’écart de la société afin de ne pas se faire repérer et elle tente d’évoluer au fur et à mesure des siècles et de s’adapter au mieux avec ce qu’il se passe.

J’aime assez l’idée que les Loups-garous, au même titre que les loups, vivent en meute, et soit craintifs des hommes.

De plus, Joe Dante a vraiment bien choisi les lieux, c’est une île très énigmatique. On a l’impression que c’est calme et reposant et une fois la nuit venue, on sent l’ambiance changer radicalement. Les hurlements des loups font froids dans le dos, ainsi que l’épaisse forêt.

 

De plus le suspense est vraiment présent, Joe Dante nous a monté son film un peu de la même façon que le déroulement d’un film policier mais sous un angle horrifique. Une énigme rondement mené dont on attend impatiemment le résultat.

 

Les scènes de transformations sont ici tout aussi étonnantes que celle du Loup-Garou De Londres. Les effets spéciaux pour l’époque sont incroyablement bien réussis. Quoiqu’ici c’est un peu moins épatants que sont rival de Londres mais c’est rattrapé par des scènes incroyablement envoutantes ! La scène de l’accouplement est à couper le souffle ! Incroyable tant c’est intense, esthétiquement beau et prenant. Une vraie réussite.

De plus, dans Hurlements, les loups-garous sont bien plus féroces et ça donne droit à des scènes assez oppressantes et bien gore. La scène culte de la transformation d’Eddy a vraiment fait parler à l’époque et il y a de quoi. Ça c’est un vrai loup-garou ! Un loup-garou sans pitié et pervers, qui fait flipper ! Les loups-garous d’Underworld et Twilight peuvent aller se planquer !

 

L’interprétation est elle aussi de qualité ! Malheureusement il y a du avoir une malédiction car la quasi-totalité des acteurs principaux du film sont décédés !

 

Le regretté Christopher Stone, parti bien trop tôt à l’âge de 54 ans en 1995, assure vraiment. J’ai également apprécié le rôle énigmatique de la « louve » Elizabeth Brooks, décédée elle aussi à l’âge de 46 ans en 1997. On retrouve aussi  John Carradine  en vieux fou dans l’un de ses derniers grands rôles avant de rejoindre lui aussi d’autres cieux…

Parmi les acteurs toujours de ce monde, Dee Wallace qui interprète le personnage principal, Karen White est irréprochable, elle joue vraiment à merveille, on suit son calvaire en se demandant bien comment tout ça va finir. Elle file limite la chaire de poule et la larme à l’œil lors de la scène finale.

 

Une scène incroyablement morbide et  brutale. Joe Dante nous envoi en pleine tronche une fin vraiment triste et sans concession. Le tout enchainant sur une scène de clôture assez drôle et à 180 degré de ce qu’il se passe juste avant… Qui annonce qu’on aura droit à une suite… Et au final ce n’est pas une mais sept suites qui vont s’ajouter au film de Joe Dante ! Bien entendu les suites vont s’avérer être pour la plupart d’une médiocrité sans nom… Malheureusement…

Pour conclure, Hurlements est le film de lycanthropie à ne louper sans aucuns prétextes ! C’est  plus sombre et dérangeant que son cousin le Loup-garou de Londres. L’énigme reste entière jusqu’au final, qui quand à lui est juste énorme et bouleversant ! Un film culte à posséder dans sa DVDthèque. C’est le meilleur film de Joe Dante avec Gremlins.


Note d'Anto

La Bande Annonce :

Images du film :

Via les réseaux sociaux :

Ou ici :

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Politique de confidentialité | Politique des cookies
© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2019 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs ou ayants droits respectifs.