MALASANA 32 (2020)

Malasana 32 (2020)

Titre : Malasana 32

Genre : Epouvante / Horreur

Titre Original : Malasana 32

Année : 2020 

Réalisateur : Albert Pintó

Acteurs : Begoña Vargas, Iván Marcos, Beatriz Segura, Sergio Castellanos, José Luis de Madariaga, Iván Renedo, Concha Velasco, Javier Botet, María Ballesteros...

Durée  : 1h44

 

 

Synopsis :

Madrid, 1976. La famille Olmedo s'installe dans le quartier de Malasaña. Ils sont enthousiastes à l'idée de s'installer dans la capitale, à une époque de profonde transformation pour l'Espagne. Mais il y a quelque chose que la famille ne sait pas encore : dans la maison qu'ils ont achetée, ils ne sont pas seuls... Une présence mystérieuse veut les faire sortir de leur nouvelle maison et va transformer leur nouvelle vie en un cauchemar des plus effrayants.

- Une ambiance très sombre et un immeuble véritablement anxiogène.

 

- Des acteurs concernés et attachants.

 

- Une jolie photographie et une reconstitution des années 70 réussie.

 

- Un fantôme qui fout les jetons que ce soit par ses motivations ou par son apparence réellement hideuse.

 

- De se retrouver face à un vrai film d'épouvante.

 

- La séquence finale est réussie.

 

- Une bonne intrigue qui nous tient en haleine jusqu'au dénouement.

 

- Des jumpscares bien placés et que nous voyons pas venir.

 

- Le message sur la tolérance.

- Un manque de rythme lors de certains passages.

 

- L'histoire est tout de même un peu tirée par les cheveux.


En conclusion, Malasana 32 qui est l'adresse de l'immeuble où se passe l'action de ce film d'épouvante nous replonge dans les années 2000, lors de l'âge d'or du cinéma d'épouvante asiatique. Les codes qui faisaient le succès de ces films sont respectés à la lettre ici : des personnages attachants, des lieux morbides à souhait, une ambiance froide et anxiogène un fantôme à l'apparence réellement terrifiante, au passé tragique et qui fout les jetons !

De surcroit, la reconstitution dans la décénnie 70 est réussie, le réalisateur nous immerge avec brio dans cette période, on s'y croirait vraiment.

Malasana 32 est réussi et l'intrigue est vraiment captivante. Nous souhaitons connaitre le dénouement de cette histoire, notamment comprendre qui est ce fantôme horrible et que veut-il exactement. Alors même si la conclusion est un peu tirée par les cheveux, le message lui est puissant et souligne le fait qu'il ne faut pas avoir honte de qui l'on est. Le réalisateur nous envoi une réflexion sur la tolérance qui n'est pas sans rappeler le film The Wig réalisé en 2005 par Shin-yeon Won.

En outre, en plus d'une ambiance glaçante, le film est jonché de jumpsacres malins et très bien placés, j'ai personnellement sursauté à plusieurs reprises.

La séquence finale fait son petit effet, les maquillages et effets-spéciaux y sont pour beaucoup,  ils sont parfaits tout comme la photographie.

Le jeu d'acteurs est lui aussi très bons, l'actrice Begona Vargas incarnant Camaparo est touchante et Maria Ballesteros bluffante et même malaisante à souhait dans son rôle de médium tétraplégique, elle fait quasi aussi peur que le fantôme de Carla.

Je ne peux que vous conseiller ce Malasana 32 car je le trouve clairement bon, j'ai passé un très bon moment devant et même si quelques longueurs sont de mises, l'ambiance est tellement réussie et le fantôme si stressant que c'est vite pardonné. Une jolie œuvre qui vaut clairement le détour, le tensiomètre en prend pour son grade. 

 

Note d'Anto

La Bande Annonce :

Images du film :


Politique de confidentialité | Politique des cookies
© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2023 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété deleursauteurs ou ayants droits respectifs.