LE SURVIVANT

Titre : Le Survivant

Genre : Science-Fiction

Titre Original : The Omega Man

Année : 1971

Réalisateur : Boris Sagal

Acteurs : Charlton Heston, Anthony Zerbe, Rosalind Cash, Paul Koslo, Eric Laneuville, Lincoln Kilpatrick Brian Tochi, Jil Giraldi...

 

Synopsis :
Dans un futur proche. La surface de la Terre a été ravagée par les guerres biologiques. Robert Neville, un ancien scientifique, est le dernier des hommes. A Los Angeles, dans sa solitude planétaire, il essaye de survivre en trouvant de la nourriture et en évitant de devenir fou. Les seuls autres êtres vivants, atteints par les épidémies, sont des sortes de mutants, sensibles à la lumière, qui rôdent la nuit dans les rues désertes. Bientôt, Robert rencontre Lisa et s'aperçoit que d'autres que lui ont survécu...

Bien avant le film Je Suis Une Légende de Francis Lawrence avec Will Smith en 2007 et un peu  après la version de Ubaldo Ragona portant également le titre Je Suis Une Légende en 1964… Il y a eu en 1971, la sortie du film Le Survivant, qui s’avère donc être la deuxième version cinématographique s’inspirant du roman de Richard Matheson.


L’histoire est fidèle au livre, on y retrouve donc le professeur Neville, au départ seul au monde, se battant contre une secte de mutants, sensibles à la lumière, ces derniers sortent la nuit et détruisent tout ce qui est en rapport avec la technologie, la science et autres découvertes que l’homme a faites lors de son règne sur la Terre. Lors de son périple, le survivant va croiser la route d’une poignée d’être humains pas encore contaminés… Ensemble, ils vont tenter de faire face aux membres de la secte, nommée La Famille et ils vont tenter de trouver un remède afin de combattre le virus…

Dès le générique, j’ai été troublé par la qualité exceptionnelle des décors et des différents lieux que nous propose le réalisateur ! Le film date de 1971 tout de même et c’est hallucinant tant les décors sont soignés ! On a réellement l’impression que c’est l’apocalypse et que le pauvre docteur Neville est seul au monde dans Los Angeles. Les immeubles délabrés, les routes détruites, les détritus qui polluent les rues désertes, les magasins pillés, l’intérieur des maisons jonchés de cadavres en décompositions et qui font extrêmement naturels eux aussi… Wouahou quoi ! On est complètement absorbé par l’ambiance de cette ville laissée à l’abandon ! J’adore ce type d’ambiance apocalyptique, y’a pas d’autres mots ! Et rien que ça, je comprends mieux pourquoi il a eu un tel succès au box office de l’époque ! Je n’imagine même pas à sa sortie en salle le buzz qu’il a du faire tant il est esthétiquement parfait !


La mise en scène est soignée, elle aussi. Le réalisateur arrive vraiment à nous emmener dans son histoire, on est totalement absorbé par les péripéties du docteur Neville et au fil des minutes, on s’impatiente de savoir ce qu’il va se passer et quels endroit allons nous découvrir… Le rythme est mine de rien vraiment rythmé puisqu’au final, on vois vraiment pas le temps passé tant c’est passionnant.

Il faut dire que pour interpréter le professeur Neville, ils ont eu la brillante idée de prendre Charlton Heston, une des Big Stars des années 60-70 ! Il a joué notamment dans La Planètes Des Singes, Ben Hur et j’en passe… Et désolé pour Will Smith que j’aime bien mais à côté c’set pas du tout le même charisme ! Charlton Heston passe incroyablement bien à l’écran et en plus de ça il joue vraiment bien. Anthony Zerbe dans le rôle du Boss de la secte des contaminés s’en sort pas trop mal non plus.


En parlant des contaminés, ils me font un peu penser aux zombies de Romero dans Dawn Of The Dead : un coup de poudre blanche sur la tronche et le tour est joué…  sauf qu’ici, ils ont des lentilles bleues pour les yeux, ce qu’ils leurs donnent des regards vides tels des morts. Ne vous attendez pas à des maquillages de fou mais bon il faut retranscrire le film dans son époque : 1971 ! Et en faisant la retranscription et bien c’est loin d’être mauvais. De plus ce ne sont pas des zombies mais simplement des êtres atteint par un virus…

J’ai beaucoup aimé aussi le personnage Lisa, interprétée par Rosalind Cash. Actrice habituée à apparaître dans de nombreuses séries TV de l’époque : Dallas, Cosby Show, Starsky & Hutch… Elle campe ici, une jeune femme intrigante et j’ai aimé la façon dont le réalisateur va façonner son personnage au fur et à mesure que le film avance.


Le petit bémol reste tout de même la passivité des contaminés… Ils attaquent de temps à autres mais ils ne sont pas assez agressifs. J’aurai aimé qu’il fasse un peu plus couler le sang ! Même si il y a une scène dont on ne s’attend pas vers la fin du métrage et qui est plutôt réjouissante !

Mise à part 2-3 scènes dont la très bonne scène finale, on va très peu voir d’hémoglobine et c’est le seul point négatif du film.

Mais en revanche, j’ai apprécié que pour une fois, ce ne soit pas de simples mutants bêtes comme leurs pieds ayant pour but de bouffer de la chair humaine… Non ! ici, les contaminés sont intelligents, parlent et leur but et simplement d’éradiquer tout être humain sur Terre afin de pouvoirs s’installer à leur place et  de vivre à leur tour en y installant leurs coutumes et leurs croyances…


Et ce qui est fort sur ce point c’est la touche satirique du réalisateur qui nous montre au final que les contaminés sont pas si méchant que ça, ils veulent juste vivre autrement, sans technologies avancées et autres sciences qui finalement ont plus abîmées que rendu service à la planète Terre ! J’ai bien aimé le message véhiculé par Boris Sagal. 

Au final on se rend compte de la différence de niveau entre ce film de 1971 et le remake de 2007 ! Ici le réalisateur Boris Sagal a tout compris et nous envoie un film sobre, intelligent avec un message clair et qui s’avère être totalement prenant… Alors que dans le film de Francis Lawrence, on nous présente des vampires basiques et idiots où t’as seulement le boss qui est à peu près intelligent, sans compter les incohérences et les scènes à  grands spectacles mais sans intérêts…


A noter également une bande son agréable et en adéquation avec l’ambiance du film.

A voir absolument, également, la scène dans le centre commercial, passage irrésistible, dont maître Romero a du s’inspirer pour son chef d’œuvre Zombie.

Pour conclure, Le Survivant est un excellent film de science-fiction, on est à des années lumières de Je Suis Une Légende de Francis Lawrence ! Les décors sont détonnant, la mise en scène soignée, les acteurs ultra charismatiques et on ne s’ennuie pas une seconde. En prime, le réalisateur se permet quelques touches satiriques bienvenues. On se retrouve devant le générique de fin avec le smiley tant on passe un excellent moment. Je retire un point pour le manque d’hémoglobine et parce que j’aurai aimé que les membres de « La Famille » soit un peu plus agressifs… Mais c’est histoire de chipoter ! Un très bon film de la décennie 70 !


Note d'Anto

La Bande Annonce :

Images du film :

Via les réseaux sociaux :

Ou ici :

Écrire commentaire

Commentaires: 0

© Copyright Horror-ScaryWeb.com 2010-2017 - Tous droits réservés Copie partielle interdite. Tous les contenus multimédia (images, photos, vidéos..) diffusés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs ou ayants droits respectifs.